www.contesenhiver.com

Festival Contes en Hiver

19ème édition

 https://static.blog4ever.com/2010/06/422251/artfichier_422251_3331213_201401174750343.jpg

 

Vous pouvez retrouver le programme de la 19ème édition :

plaquette-2014.pdf

 

https://static.blog4ever.com/2010/06/422251/artfichier_422251_4685440_201503244742937.png Radio :

http://www.frequenceluz.com/index.php/podcasts/festivals-pays-des-vallees-des-gaves/900-19eme-festival-contes-en-hiver  

 

 

Les six conteurs de la dix-neuvième édition sont par ordre de leur entrée en scène : 

 

Koldo Amestoy

=> site du conteur

 

 conteur

 

On démarre au début du monde et on se laisse embarquer malgré soi, à travers l’espace, à travers les siècles.
(…) Koldo Amestoy ne se retourne pas, ne vous attend pas. C’est un fleuve, restez sur la rive ou laissez-vous aller dans le courant, cela ne change rien à son cours puissant…
On a voyagé jusqu’au vingtième siècle et ses banquiers, ses promoteurs, ses tunnels sans presque de rupture. C’est peut-être cela une culture, ni nostalgie ni oubli, une tradition qui balise le présent. 
La Gazette des Conteuses – Limoux

 

Adour, récits de fleuve par Koldo Amestoy

 

Photo Escumayres Talasta Adour 2012

Photo Escumayres Talasta Adour 2012 

 

Récits de fleuve : la vagabonde et le batelier

 

Un jeune pêcheur remonte l’Adour sur une petite barque profonde et ronde nommée tilhole. Perché sur la proue, un grand cormoran attend. A chacune de ses plongées, l’oiseau ramène un poisson que le garçon jette dans son grand panier…

 

Au conteur venu du pays des collines, le fleuve était inconnu… Jusqu’à sa rencontre avec une bande “d’escumayres”, écumeurs des flots et rives d’Adour. Navigation, rencontres, écoute d’archives…. Et un monde s’ouvre. Un monde dans lequel des flottilles de petits bateaux de pêche parsèment encore l’Adour, où les bistrots déversent sur les berges l’ambiance particulière de ces lieux qui rassemblent les travailleurs du fleuve…
Et dans une nuée d’éphémères, le lieu enfin, où l’on ne sait plus si on navigue dans le rêve ou la réalité.

 

 

Daniel L’Homond

 => site du conteur

 

 conteur

 

Une langue poétique émaillée d'humour ... L'Homond conteur-créateur embarque sans peine l'auditoire qui partage ses histoires fantasques et fantastiques; la voix chaude et profonde de ce "rémouleur de mots" servant alors de guide. Il faut voir et entendre Daniel L'Homond dans ses canevas et ses impros à la manière d'un bluesman.
Accent du Périgord, personnage campé à l'âme occitane. Mais le talent de L'Homond, c'est de faire l'universalité sans faire l'uniformité. Daniel L'Homond a donné vie à des contes colorés de tons surréalistes qui traduisent les liens entre la mémoire collective et son imaginaire personnel.

Daniel L'Homond crée et conte quotidiennement sur France Bleu Périgord
et régulièrement sur le Réseau des France Bleu, avec l'Atelier de Création de Radio France.
En juillet et août 2012, ses chroniques Histoires étranges avec Louis Benhedi ont été téléchargées plus de 70 000 fois, un record national. 

 

Pampeligosse par Daniel L'Homond

 

  

Pampeligosse était un lieu imaginaire et paradisiaque célébré par les troubadours.

 

Daniel L'Homond conte ici le périple d'un homme qui croit s'offrir de simples vacances, mais... notre homme croise l'Amour, la Mort, la Chance, les autres... Le conteur chamboule allègrement les époques, carambole les intrigues, rebondit du Japon à l'Espagne, des Tropiques à l'Angleterre... 

4 chansons à l'accordéon

 

Paroles et musiques de Daniel L'Homond (sauf "Ay ! Carmela" chant espagnol de 1808)

  

Croquantes par Daniel L'Homond 
  Anabel Olivier / Aux bouffes du nord Paris

 C'est une suite de trois contes que Daniel L’Homond puise dans son répertoire au gré de son humeur.
Femmes, les héroïnes vivent leurs amours dévorantes au miroir de notre époque.
Mais elles ne manquent jamais de tendre ce miroir à l’homme conteur… Un jeu croisé de séduction, de fantastique, d’humour et de poésie…  

 

Sophie Joignant

 => site de la conteuse

 

conteuse 

 

Après un DEA de Lettres modernes, Sophie Joignant se lance dans le journalisme puis enseigne le français. Elle se passionne depuis toujours pour les histoires. Lorsqu'elle découvre l'art de conter, c'est le coup de foudre. Elle travaille la voix et le mouvement avec le Centre Artistique du Roy Hart. Elle suit la formation du CMLO sur la littérature orale et rencontre de nombreux conteurs. En 1997, elle devient conteuse professionnelle. Depuis, elle a créé de nombreux spectacles tissés pour certains de contes traditionnels ou de légendes, ou écrits dans un style très personnel à partir d’œuvres fondamentales telles l’Odyssée et le Cycle du Graal. Plusieurs de ses spectacles s’inspirent de la Bretagne, sa région d’origine dont elle reste profondément attachée. Mais elle aime également transporter son public dans d’autres époques, le Moyen-âge ou l’Antiquité par exemple, toujours aux frontières du Fantastique et du Merveilleux.

 

La Crêpière maudaite par Sophie Joignant

 

La crêpière maudite

Pour la veillée en Bretagne, tout le village se réunissait. Et on s’en racontait des histoires !…

 

La Fiancée du crapaud

 

La Fiancée du crapaud

Qui donc voudrait bien épouser un crapaud ? Une grenouille ? Un lézard ? Un escargot ?…

 

A la poursuite du lapin blanc

 

A la poursuite du lapin blanc

Fantaisie librement inspirée du conte merveilleux de Lewis Carroll…

 

 

  

Pierre Delye

=> site du conteur

 

conteur 

 

Biographie

On ne lui a pas trop raconté d’histoires durant sa plus tendre enfance, mais cela a suffi : le pli était pris, l’appétit ouvert et la gourmandise des mots dits infinie. Bien vite, voire simultanément, l’envie de raconter lui est venue. Quelques années plus tard, il rencontre Michel Hindenoch et Henri Gougaud : il ne s’en remettra pas. Il vient de découvrir que sa passion peut être son métier ! Il sera amateur (mais en professionnel) de 1991 à 1994, puis professionnel (mais toujours amateur).  Il conte avec gourmandise, avec ironie parfois. Il compose avec les mots pour trouver l’histoire juste. Son répertoire, essentiellement composé de contes et légendes traditionnels, s’est ouvert au fil du temps aux récits de vie comme aux récits contemporains. 

Même pas vrai !? de et par Pierre Delye

Même pas vrai!?

réunit contes, légendes et histoires contemporaines choisis pour leur saveur, leur sagesse et le ravissement qu'ils procurent. "Même pas vrai !?" et pourtant si, car toutes les histoires sont vraies tant que l'on y croit.

 

P'tit bonhomme & Cie de et par Pierre Delye

 

P'tit bonhomme et Cie

Un jour, un pas encore Papa et une pas encore Maman ont reçu la bonne nouvelle: après avoir attendu si longtemps, ils allaient être parents. Et ce fut une sacrée surprise ! Cet enfant, tout différent qu’il soit, est comme les autres : il a envie de tout découvrir et surtout ce qui lui est interdit.

 

Bibliographie

La drôle de maladie de p’tit bonhomme, ill. Irène Bonacina, Didier Jeunesse, 2012
Mais il est où ce gros matou ?, ill. Cécile Hudrisier, Didier Jeunesse, 2012
Les aventures de p'tit bonhomme, musique de Grégory Allaert, ill. Martine Bourre & Cécile Hudrisier, coll. A petits petons, Didier Jeunesse, 2011

Les musiciens de la nouvelle Brême, ill. Cécile Hudrisier, Didier Jeunesse, 2010
Le p’tit bonhomme des bois, ill. Martine Bourre, Didier Jeunesse, 2010
Rouge-Gorge ou Comment le feu est venu au monde,  ill. Martine Bourre, Didier Jeunesse, 2009
Moitié de coq : un conte rock around the coq, musique originale de Gregory Allaert pour les Biskotos, ill. Ronan Badel, Didier Jeunesse, 2009
Sssi j'te mords, t'es mort ! ill.  Cécile Hudrisier, Didier Jeunesse, 2008
Le p'tit bonhomme des bois, ill.  Martine Bourre,  Didier Jeunesse, 2008 

Catherine Caillaud

=> site de la conteuse

 

 

 conteuse

Catherine Caillaud est une conteuse... qui croit en ses histoires.

De multiples métiers lui ont tissé une formation de conteuse : ambulancière, libraire, monitrice d'escalade, vendangeuse...
Elle aime raconter pour aimer, grandir, éveiller, égratigner, bousculer...
Si parfois se glisse une phrase d'auteur, un geste de poète, ses spectacles sont principalement nourris de contes traditionnels...Rien ne l'interroge autant que les contes...Elle en est loin d'en avoir fait le tour !
"Je sais que le monde peut naître du rêve d'une femme"

 

A l'ombre du châtaignier par Catherine Caillaud

  

Contes de l'Ardèche et de l'arbre à pain, des rivières, figuiers, diableries et sorcières...

 

Dans les roses ou dans les choux par Catherine Caillaud

  

 

Lili la petite souris par Catherine Caillaud

Virelangues, devinettes, contes de randonnées...

 

Olivier de Robert

=> site du conteur

 

 conteur

 

Conter, ce n'est jamais que dire avec lenteur les joyeux brassages de la besace à mémoire. Mais avant de parler, le conteur écoute.

J'aime à me cacher dans les coins de bistrots. Ceux où si vous n'êtes pas du pays, les discussions s'arrêtent et les têtes se tournent quand vous entrez. Les cafés de fond de ruelles, ceux dont l'enseigne se fane et menace de se décrocher sous le poids de la poussière...

J'aime aussi à flâner sur les marchés, ceux où s'entremêlent les couleurs et les parfums, allant des fromages aux origines incertaines jusqu'aux parfums d'orient, ceux où bérets et longues chevelures se croisent et se voient enfin...

J'aime écouter les paroles de hasard glanées au bord des chemins, à la boulangerie, sur un banc ensoleillé ou au coin d'une cheminée quand le vent hurle au dehors...

J'aime ma terre, celle de la montagne, du confit de canard, de la ressegue, des lotos du gras, des fêtes de village, des péluts en yourtes, des châteaux bouffés par les ronces et des mémés qui attendent l'épicier ambulant.

Avec tendresse et un opiniâtre refus de se prendre au sérieux, ces chroniques racontent cette terre et ceux qui en font la saveur.

 

 Cathares, le destin inachevé par Olivier de Robert  

 

  

Au 13e siècle, le Midi de la France fut ravagé par une guerre terrible, destinée à mettre au pas le comte de Toulouse, défenseur des hérétiques cathares.
Retour sur cette page d'histoire, des origines à l'Inquisition en passant par la Croisade.  

 

Contes et légendes d'Ariège par Olivier de Robert

Une plongée dans les profondes eaux de la tradition orale de ma chère Ariège, où les contes d'hier et de toujours continuent de vivre...  

 

 

Revue de presse

 

 

nvelle répu.jpg

 

Tarbes. Un bon moment

 

 

 

Publié le 07/03/2014 à 03:52

 

 

 

Pierre Delye, un amoureux inconditionnel de la langue qui jongle adroitement avec les mots.

 

p delye.jpg

 

 

 

Dans le programme du 19e festival des Contes en hiver organisé par la Fédération des œuvres laïques du 65, l’association Art et Culture de Ger avait retenu l’un des spectacles de Pierre Delye, écrivain et conteur originaire du nord de la France. Et les enfants de l’école élémentaire, rassemblés dans une partie de la salle omnisports spécialement aménagée pour la circonstance (en attendant la remise en service du foyer rural), ont passé un très agréable moment. Auteur à succès de nombreux ouvrages pour la jeunesse, Pierre Delye est étonnant de maîtrise et de subtilité dans l’art de raconter une histoire. Et même si elle débutait par «il était une fois…», ce qui ne trompe personne, c’est tout naturellement que le public s’est attaché à l’aventure de ce P’tit Bonhomme qui, bien que différent, est finalement comme tous les enfants, avide de savoir et de découvertes. Surtout quand il s’agit de calmer une grosse faim qui le fait courir du boulanger chez le meunier, puis chez le paysan et jusqu’à la rivière… Par une simple intonation, une mimique ou une question suggérant en même temps la réponse, notre conteur amène petits et grands à saisir ce qu’il y a derrière les mots… Et c’est en l’écoutant, qu’on comprend mieux pourquoi certains prétendent que «tous les chagrins du monde sont supportables si on en fait un conte ou si on les raconte…». Yves Dupetit

 

La Nouvelle République des Pyrénées

 

 

 

 

 

 

 

la dépeche.jpg

 

Pouzac. Des contes, des crêpes et personne n'aura été maudit…

 

 

 

Publié le 06/03/2014 à 03:48, Mis à jour le 06/03/2014 à 08:00

 

 

 

s joignant.jpg

 

Sophie Joignant livre la Bretagne dans des histoires pleines de charme et de sortilèges./Photo S. L.

 

 

 

Il fait très beau ce dimanche après-midi 23 février, le soleil étincelle sur les monts, mais dans la salle des fêtes de Pouzac, une bourrasque souffle «force contes». La 19e édition du festival Contes en hiver, organisé par la FOL, fait étape au village. Responsable de la communication et de la logistique, Rosa Rougeot accueille le public et remercie la municipalité et le comité des fêtes de Pouzac. Ce festival s’appuie sur les contes régionaux et sur la tradition pour créer de nouveaux récits, mais surtout les organisateurs souhaitent se rendre au plus proche du public, en des lieux qui ne sont pas toujours des salles de spectacles. Aussi, 23 rendez-vous, dont 11 «jeune public», sont programmés en 18 lieux, sous la responsabilité de Michèle Carayre-Bouchet. 6 artistes sont invités et cette année, le festival donne un coup de pouce à deux artistes de talent, dont c’est le premier spectacle. Souvent seuls sur scène, les conteurs sont heureux de se rencontrer lors de ce festival. Logés à Laloubère, ils apprécient la convivialité de l’organisation. De nombreux bénévoles s’investissent dans cette aventure, sur les lieux de spectacle comme à l’accueil et l’accompagnement des artistes. À l’origine de ce festival, la compagnie de conteuses Cric Crac, dont fait partie Jeanine Clos, qui tient ce dimanche le stand de librairie. «J’entends le loup, le renard et la belette…», d’emblée, Sophie Joignant invite le public à entrer en chantant dans la ronde, à plonger dans l’univers qui a bercé son enfance et inspiré sa créativité. Pétillants d’humour, mystérieux, savoureux, les contes de l’artiste nous entraînent au pays des fées, des forêts, des korrigans, de la mer aux mille reflets, là où chacun sait que : «Un Breton sans beurre, ça meurt» ! Pourquoi la mer est-elle salée ? Peut-être parce que l’odeur du far aux pruneaux de Soizic flotte jusque sur la mer et tente le diable gourmand, et l’on tremble devant le grand frisson de «Ploubennec sur mer». Sophie Joignant est généreuse et envoûtante. À l’issue de sa représentation, elle remercie le public pour son accueil et son écoute et invite à faire honneur aux crêpes d’Odile ! S. L.

 

 

 

 

 

nvelle répu.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Odos. Chauds, les contes de la castagne

 

 

 

Publié le 04/03/2014 à 03:48

 

c caillaud.jpg

 

Le traditionnel rendez-vous de Contes en hiver a encore séduit, vendredi dernier, grâce à Catherine Caillaud.

 

 

 

Elle l’a avoué tout de go : Catherine Caillaud était venue délivrer quelques germes de mensonge, vendredi soir, au foyer rural, alors que le festival Contes en hiver venait faire son escale habituelle à Odos. Devant environ 80 paires d’oreilles, la conteuse gardéchoise (puisqu’elle réside dans une enclave du Gard, en Archèche) s’est appuyée sur certaines légendes de la châtaigne, mystérieux fruit célébré comme un roi dans cette contrée, pour se promener autour des rivières et des plaines fertiles en châtaigniers. Jouant volontiers avec le public, Catherine Caillaud s’est amusée à piquer sa curiosité, rendant la veillée aussi vivante et animée qu’une soirée passée à peler les fruits de l’arbre à pain.

 

La Nouvelle République des Pyrénées

 

 

 

 la dépeche.jpg

 

 

 

 

 

Lannemezan. Un beau festival Contes en hiver

 

 public lannemezan.jpg

 

Publié le 02/03/2014 à 03:51

 

scolaires

 

 

 

Un jeune public enthousiaste. /Photo Jean-Claude Du Pont.

 

 

 

Le festival des Contes en hiver, organisé en partenariat avec le conseil général des Hautes-Pyrénées, le conseil régional Midi-Pyrénées et en l’occurrence la ville de Lannemezan, par la Fédération des œuvres laïques (FOL) 65, a fait étape à la salle des fêtes pour le grand bonheur des élèves des écoles maternelles et primaires de Lannemezan. La représentation proposée du conte n’a d’autre objet que de faire partager aux enfants la fraîcheur et le goût du spectacle de scène vivant et réactif. Durant plus d’une heure, point de bavardages ou de grincements de chaises, mais des centaines d’yeux d’enfants ouverts, absorbés et conquis par la symphonie des mots et les expressions du conteur Pierre Delye. Par ses gestes, ses mimiques et son discours, Pierre Delye construit des espaces où la magie des mots cimente un parcours allant du concret à un monde imaginaire pour une chute vers la réalité ordinaire. En fait, des contes animaliers assez proches des fables du bon Jean de La Fontaine par leur juste clairvoyance. Bravo à Pierre Delye qui a enchanté autant les adultes que les enfants.

 

J.C.D

 

 

 

 

 

 

 

la dépeche.jpg

 

Siarrouy. Festival Contes en hiver

 

 

 

Publié le 28/02/2014 à 03:49, Mis à jour le 28/02/2014 à 08:02

 

 

 

Du 01/03/2014 au 05/04/2014

 

La commune de Siarrouy accueillera, samedi 1er mars, à 18 heures, à la salle des fêtes, Olivier de Robert pour des contes et légendes d’Ariège. Il présentera «Balades en provinces» qui est un spectacle tout public à partir de 7 ans. Le tarif normal est de 10 €; tarif réduit : 7 €; famille : 25 €. Ce 19e festival de Contes en hiver, qui a lieu du 20 février au 2 mars, est une manifestation organisée par la Ligue de l’enseignement-FOL 65, et financée par la régie du centre multimédia de Vic-en-Bigorre dans le cadre d’une décentralisation de sa programmation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

la dépeche.jpg

 

Tourisme  » Activités et Loisirs  » Fêtes et festivals

 

Derniers rendez-vous à la cour des contes

 

Publié le 26/02/2014 à 03:49, Mis à jour le 26/02/2014 à 09:03

 

festival

 

Du 26/02/2014 au 28/02/2014

 

Le festival Contes en hiver vit ses dernières représentations, jusqu’à la fin de semaine. Cette 19e édition promet encore de bien belles découvertes.

 

Qu’est-ce que le conte si ce n’est un travail de terrain d’abord, un long labeur où il s’agit de puiser au plus profond des racines, pour extraire des mots et des récits, ancestraux, jetés au vent tant de fois mais jamais perdus. Toujours transmis, avant que d’être recueillis par ces aèdes des temps modernes, conteurs que, chaque année, Contes en hiver se plaît à inviter sur les scènes de Tarbes et du département. Pour cette 19e édition, laquelle vit ses derniers spectacles cette fin de semaine, c’est donc dans nos provinces proches que la Fédération des œuvres laïques a décidé de piocher, dans les terroirs d’ici et des environs, fertiles comme d’autres le sont dans tous les coins du monde. Après le Pays basque, la Bretagne et le Périgord en début de décade, c’est l’Ariège et l’Ardèche notamment qui dévoileront, grâce à Catherine Caillaud et Olivier Robert, quelques-unes de leurs plus savoureuses légendes. Petite sélection à ne pas manquer, ici et ailleurs.

 

Apéro-contes et scène ouverte. Au cœur du festival, c’est toujours une pause enivrante et impromptue que cette scène ouverte, invitant chacun à partager avec le public son art de conter. Art pas si aisé bien entendu, beaucoup moins que celui de venir écouter librement les mots des uns et des autres. (aujourd’hui, à 18h30, à la médiathèque Louis-Aragon, à Tarbes).

 

Pour les petits, évidemment. Bien sûr, Contes en hiver n’oublie jamais les plus jeunes oreilles, sensibles et attentives à toutes histoires à rire, à réfléchir, à trembler. Les séances scolaires ont pris et prennent place dans le festival, mais le conte peut aussi s’écouter en famille. Le cas avec «Dans les roses ou dans les choux», de Catherine Caillaud, s’attachant à élucider l’éternelle énigme de notre origine (samedi 1er mars, à 15 heures, à la bibliothèque Nelson-Mandela à Tarbes).

 

Les Cathares revivent à Lesponne. La légende raconte que les derniers parfaits et parfaites de Montségur se jetèrent d’eux-mêmes dans le bûcher dressé pour leur faire payer leur hérésie. Cette croisade contre les Albigeois, la voix pleine d’histoire pyrénéenne d’Olivier de Robert la fera revivre, mêlant rigueur d’historien et gouaille de conteur (dimanche 2 mars, à 16 heures, à la salle des fêtes de Lesponne). La Dépêche du Midi

 

 

 

 

 

la dépeche.jpg

 

Odos. La vie du village

 

 

 

Publié le 23/02/2014 à 03:50

 

 

 

C Caillaud 2.jpg

 

Catherine Caillaud proposera une balade merveilleuse vers l'Ardèche la semaine prochaine.

 

 

 

Soirée contes. Une nouvelle fois, le festival Contes en hiver fait escale à Odos. C’est Catherine Caillaud qui se produira à la MJC, vendredi 28 février, à 20 h 30. «A l’ombre des châtaigniers» permettra à la conteuse de déambuler parmi les les récits de l’Ardèche, en puisant dans les légendes des rivières, en narrant diableries et en se glissant dans les pas des sorcières. Merveilleux et facéties assurés. Tarifs : 7 et 10€ (à partir de 10 ans).

 

Bal gascon. Les enfants du Galopio proposent un bal gascon, vendredi 28 février, à partir de 20 30, à la salle polyvalente. Organisée au profit des coopératives des 3 écoles du village, la soirée s’annonce festive, à n’en pas douter. Tarif : 3€ (gratuit pour les enfants scolarisés à Odos).

 

Vide-greniers. Rappel pour ceux qui auraient oublié : le Tarbes-Odos-Pyrénées Volley-ball organise son vide-greniers, ce dimanche 23 février, à la salle polyvalente.

 

La Dépêche du Midi

 

 

 

 

 

 

 

nvelle répu.jpg

 

Balades en provinces avec Contes en hiver

 

 

 

Publié le 20/02/2014 à 03:48

 

trio.jpg

 

ligue de l'enseignement FOL

 

 

 

De gauche à droite : Agnès Espagnet, Rosa Rougeot et Michèle Carayre-Bouchet présentent le festival./Photo Rachel Barranco.

 

 

 

La 19e édition du festival Contes en hiver se déroule du 20 février au 2 mars. Pas moins de 23 spectacles, dont 11 pour le jeune public, sont proposés dans tout le département.

 

Quelles soient dites, lues, chantées ou contées, les paroles circulent, d’un terroir à l’autre. Ainsi, la ligue de l’enseignement FOL 65 a-t-elle choisi le thème de l’itinérance, «Balades en provinces» pour le 19e festival Contes en hiver qui se déroule du 20 février au 2 mars. Agnès Espagnet, déléguée générale, et Rosa Rougeot, responsable de cette manifestation, insistent sur la volonté de décentraliser cet événement qui va se dérouler en 18 lieux : de Vic-en-Bigorre, à Lannemezan jusqu’à Luz-Saint-Sauveur. Pas moins de 23 spectacles sont programmés dont 11 pour le jeune public.

 

Ces récits, souvent collectés par les anciens, vont permettre «de se promener dans différentes régions de France». Parmi les temps forts, le coup d’envoi, le jeudi 20 février (19 heures), à la MDA, avec le Basque Koldo Amestoy, «qui joue à merveille du mot mais aussi du silence», qui va nous conduire, entre rêve et réalité, sur le fleuve Adour. Petit tour dans le Périgord, avec Daniel L’Homond dont les héroïnes sont des femmes «qui vivent leurs amours dévorantes au miroir de notre époque».

 

 

 

la dépeche.jpg

 

«Cathares, le destin inachevé»

 

 

 

Le dimanche 23, ne pas manquer la «Crépière maudite», suivie d’un goûter breton à Pouzac, avec Sophie Joignant. «Conseillé aux amateurs d’émotions fortes et aux amoureux de la Bretagne». Une mention pour la soirée spéciale, le 24 février, à la médiathèque Aragon, avec le nouveau spectacle de la Compagnie Cric Crac, «Cortège nuptial».Toujours dans ce lieu, signalons l’apéro-contes du mercredi 26 février.

 

 

 

la dépeche.jpg

 

Pouzac. Soirée autour des Contes en hiver

 

 

 

 

 

Publié le 14/02/2014 à 03:52 

 

s joignant 2.jpg

 

 

 

Conteuse, Bretonne, Sophie Joignant nous réserve des histoires remplies de charme et de sortilèges !

 

 

 

Attention, émotions fortes dimanche 23 février, à 15 heures, dans la salle des fêtes de Pouzac. Pour la 19e édition du festival Contes en hiver, la municipalité de Pouzac et le comité des fêtes reçoivent Sophie Joignant. Conteuse et bretonne, elle distille les mystères et fait surgir le parfum de la lande et des grèves. «La Crêpière maudite», une veillée bretonne, durant laquelle on raconte des histoires, mais parfois il aurait mieux valu tenir sa langue ! Le festival Contes en hiver est mis en place par la FOL avec le soutien du conseil général et la mairie de Tarbes et du Grand Tarbes. Le spectacle sera suivi d’un goûter breton, cidre et crêpes à l’honneur pour 2 €. Spectacle tout public à partir de 12 ans. Durée : une heure. Tarif : adultes, 5 €; réduit, 3 €. Contact festival : 05.62.44.50.53. http : contesenhiver.blog4ever.com/www.fol65.fr

 

La Dépêche du Midi

 

 

 

 

 

 la dépeche.jpg 

 

Séméac. Festival Contes en hiver de la FOL : veillée bretonne

 

 

 

Publié le 13/02/2014 à 03:48, Mis à jour le 13/02/2014 à 08:00

 

bon à savoir

 

Le 22/02/2014

 

Pour les amoureux de la Bretagne et les amateurs d’émotions fortes, une date à retenir : samedi 22 février, à Séméac, à la salle A Caso, à 17 h 30 (rue Théophile-Gautier, près de la nouvelle salle multisports), la conteuse Sophie Joignant pour un spectacle tout public «La Crêpière maudite».

 

Pour la veillée en Bretagne, tout le village se réunissait. Et on s’en racontait des histoires ! De magnifiques légendes mais aussi toutes sortes de cancans. Mais des fois, on ferait mieux de tenir sa langue… On ne sait jamais ce qui peut arriver. Et si elle avait su, la Rosie Gourlawen, il y a des choses qu’elle aurait mieux fait de ne pas écouter.

 

Sophie Joignant dit : «Très attachée à mes racines bretonnes, j’emporte partout avec moi le parfum des algues et de la lande, le souvenir d’histoires cruelles et de légendes merveilleuses. Je conte pour faire revivre ces moments de mystère, pour frissonner encore de peur et de plaisir».

 

Après un DEA de lettres modernes, Sophie Joignant se lance d’abord dans le journalisme puis enseigne le français. Elle se passionne déjà pour les histoires : celles des gens, mais aussi les nouvelles et les romans. Lorsqu’elle découvre l’art de conter, c’est le coup de foudre. Elle travaille la voix et le mouvement avec le centre artistique du Roy Hart. Elle suit la formation du CMLO sur la littérature orale et rencontre de nombreux conteurs. En 1997, elle devient conteuse professionnelle. Elle crée des ateliers d’oralité dans les écoles et intervient comme formatrice à l’IUFM de Nîmes ; elle a créé de nombreux spectacles tissés pour certains de contes traditionnels ou de légendes, ou écrits dans un style très personnel à partir d’œuvres fondamentales telles «L’Odyssée» ou le «Cycle du Graal». Elle se produit dans de nombreux festivals en France, en Suisse, en Belgique et à Cuba. Elle participe à des émissions de radio et de télévision

 

J.-P. D.

 



27/11/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1737 autres membres